Frédérique Riba Sarat à travers l'oeil du sténopé

dimanche 30 juin

Immuable montagne

Immuable montagne. 

Le temps est arrêté. 
L'eau et son glouglou familier coule après avoir traversé les prés. 
L'herbe a poussé. Il faut la couper, rendre le jardin présentable pour l'été. 
Un merle volette avant de se cacher pour chanter dans le pin.
Paisiblement le sapin étale ses branches dans le bleu porcelaine du ciel. 
La cloche sonne 10h là-bas dans le centre du bourg.
Immuable le temps. 
Tout est en place. 
La chaleur monte.
Une odeur s'échappe de  la cuisine, où mijotent des légumes frais achetés hier au marché. 
En fin de journée nous irons écouter Fauré.
Puis nous dinerons sur la place centrale animée. 
Nous nous rappelerons de ce 30 juin qui nous a unis. Nos pensées irons vers tous ceux qui nous entouraient et vers ceux qui sont nés depuis. 
Décor de nature immuable qui voit passer l'histoire. 
Tout près, l'eau de la montagne coule, bouillonne et chante ce matin pour mon plaisir.  
FRS - dimanche 30 juin 2019 à Barcelonnette 

Posté par pontcolbert à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 27 juin

L’ellébore corse

Une herbe qui borde les chemins en Corse.

Une occasion de relire une fable de La Fontaine.

10EEEBA6-A213-466B-9A84-6B62903C13A6

 

FRS - 22 juin 2019

Posté par pontcolbert à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 13 juin

Le pèlerinage au Proche-Orient- Journée d'étude

Affiche pèlerinage-13 juin 2019 web

Posté par pontcolbert à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 13 mai

Méditerranée

Fondation Carmignac d'art contemporain à Porquerolles

DSCN0505DSCN0512

 

           DSCN0537bis

Posté par pontcolbert à 23:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 23 avril

Dames du musée

Dames au Musée Correr

Pour le 23 avril, une photographie de Venise - FRS - avril 2019

Posté par pontcolbert à 19:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 19 avril

Vendredi avant Pâques

Tableau choral, peint pour la salle dell'Albergo  à la Scuola San Rocco de Venise, il mesure 12m de long et 5 m de hauteur.

On s'assoit en face et on contemple la Crucifixion (1565) du peintre Tintoret.

Avec quelques détails:
-groupe en bas de la croix: Marie soutenue par les saints;
-joueurs dés, mise à prix la tunique de Jésus;
-autoportrait du peintre Tintoret qui regarde la scène.
 

San Rocco-Tintoret-La Crucifixion

 

San Rocco-Tintoret-détail Crucifixion

 

 

 

 

 

 

San Rocco-Tintoret-Crucifixion détail -joueurs de dés

Photos FRS-mars/avril 2019San Rocco-Crucifixtion-détail autoportrait Tintoret

Posté par pontcolbert à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 04 avril

Gondole & gondolier

 

Imitation de Byron de Théophile GauthierSanta Miracoli

"Il est doux de raser en gondole la vague

Des lagunes, le soir, au bord de l'horizon

Quand la lune élargit son disque pâle et vague,

Et que du marinier l'écho dit la chanson..."

 

 

Photo FRS- avril 2019

 

 

 

 

Posté par pontcolbert à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 21 mars

Printemps à Venise

...avec ces fleurs de mimosa au Fondamenta Venier

Printemps à Venise - FRS

Photo FRS - 19 mars 2019

Posté par pontcolbert à 09:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 17 mars

L'Arsenal de Venise

Ces vers de Théophile Gauthier (1852), en hommage aux lions de pierre qui montent la garde devant l'entrée de l'Arsenal de Venise.

"Deux grands lions rapportés de l'Attique

Font sentinelle aux murs de l'ArsenalVenise-L'Arsenal et les lions de l'Attique

Paisiblement, et près du couple antique,

Tout est petit, porte, tour et canal.

 

Ils semblent faits pour le char de Cybèle,

Tant ils sont fiers, et la mère des dieux

Voudrait au joug ployer leur cou rebelle,

Si pour la terre elle quittait les cieux.

 

Mais maintenant ils gardent la poterne,

Tristes, sans gloire, et l'on entend ici

Miauler partout le chat ailé moderne

Que pour patron Venise s'est choisi!"

 

Photo FRS-Venise mars 2019

 

Posté par pontcolbert à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 12 mars

La mort à Venise


 de Ninon Jacquet

 Où pouviez-vous mourir si ce n'est à Venise,
Dans l'air épais et lourd des plages du Lido ?
L'amour avec la vie s'y éteint, glissando,
La ville, comme vous, très lentement s'enlise.

 Je n'ai pas oublié votre peau déjà grise,
La main qui retardait le tomber du rideau,
Sur votre joue vieillie un petit filet d'eau

Noir, mais vous refusiez encor de lâcher prise.

J'entends le temps qui va, lent comme un adagio,
Un prénom qui s'envole au loin, si doux, Tadzio...
Votre regard noyé qui voudrait retenir

 A l'horizon pâli, tel un Donatello,
Fait de mille éclats bleus qui chavirent dans l'eau,
La grâce d'un bras blanc qui montre l'avenir.


Sonnet extrait de La Doumka

Posté par pontcolbert à 06:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]