Frédérique Riba Sarat à travers l'oeil du sténopé

vendredi 16 septembre

Saint Jean Baptiste / Archéo

Bertrand Riba conférence CNRS Paris 16-9-16_web

Posté par pontcolbert à 10:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 09 septembre

Le poète Michel Butor

 

Michel Butor (1926-2016)

Extraits de MILLE ET UN PLIS (Matière de rêves 5) - 1985

(120 nuages)

1) Traces de dinosaures dans la boue le long des fleuves de laves parmi les cendres de sigilaires dévastées par la tornade, nuages.

2) L'horizon fait le gros dos comme un fauve tandis que les troupeaux dévalent parmi les haies dans les chemins creux mouchetés de touffes de laine, nuages.

4) Arène avec foule en chemises claires, chapeaux gris et noirs, éventails, mantilles, garçons passant plateaux de limonades et glaces, envols d'écharpes, fumées de cigares, nuages.

8) Veines sur de longs membres qui s'attachent à des ventres et torses qui se tordent en palpitant dans leurs nages parmi des algues et des chevelures autour de radeaux d'îles rocheuses avec des pins tourmentés sur leurs échines, nuages.

...

Michel Butor avait rencontré Jean Giono. C'est avec une grande simplicité qu'il avait évoqué son rapport à l'écrivain lors d'un rendez-vous littéraire au Centre Jean Giono à Manosque en 1999. En présence d'un auditoire attentif et intéressé le questionnant sur son écriture, il s'adressait avec bonhomie au public.

Plus tard, dans plusieurs expositions, j'ai eu l'occasion de découvrir et de contempler des livres d'artiste de sa création. Je me rappelle avoir été touchée par ses textes sensibles et poétiques mais également par sa calligraphie originale qu'il affirmait entre les illustrations des artistes. Notament le livret/éventail "Au cabaret de la pomme de pin" avec la linogravure de Jean-Pierre Thomas. FRS

Posté par pontcolbert à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 04 septembre

Marc Riboud

 En hommage au photographe mort le 30 aout 2016 à l'âge de 93 ans: "La jeune fille à la fleur", sa célèbre photographie prise en 1967 lors d'une manifestation pour la paix à Washington. 

"L'Instinct de l'instant" - Exposition inoubliable au Musée de la Vie Romantique à Paris, visitée au printemps 2009:  50 ans de photographie, un impessionant témoignage de ce pionnier du photojournalisme au regard engagé et optimiste, Marc Riboud artiste et citoyen. FRS 

 

Posté par pontcolbert à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 07 août

Rêve d'A.

Rêve d'A

Photo FRS

Posté par pontcolbert à 16:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 04 juillet

Secouez-moi!

"Secouez-moi! Secouez-moi!" Le fameux soda "Orangina" a ses origines dans la plaine de la Mitidja en Algérie.

Née d'une collaboration avec l'Espagne de Valence avec le docteur Trigo Mirallès rencontré à Marseille en 1935 et Orangina web la famille Beton originaire d’Algérie, un projet de création s’élabore pour cette boisson. L’année suivante, la marque Orangina est déposée mais la guerre d'Espagne et la Seconde Guerre mondiale freineront sa réalisation.

En 1947 l’idée reprend avec le souhait de créer une boisson moderne à l’orange qui sera commercialisée tout au long de l’année, à l’image des limonades et les jus de fruits en boîte des Américains.  L'association familiale crée l’entreprise à Blida.

En 1951 les boissons sans alcool sont à leurs balbutiements. Après des débuts artisanaux, la production d'Orangina s'industrialise en ouvrant à Boufarik, capitale des oranges à 30 km d’Alger, la première usine de fabrication qui sort son concentré à partir d'oranges de la région de la Mitidja en passant par la coopérative des agrumes de la ville.

A partir de 1953 la métropole est visée. C’est l’affichiste Bernard Villemot qui imagine la première étiquette en associant un verre, une chaise, et un petit guéridon avec un parasol légèrement incliné en pulpe d’orange…

Depuis, cette boisson a gardé toute sa fraicheur ! Comme un charme disparu !... que j’ai retrouvé, il y a quelques jours, en dégustant un Orangina, pensant à Boufarik, à la terrasse d’un café de La Valette du Var, j'attendais des nouvelles de Jacquot ou de Jacquotte …?

FRS – 4 juillet 2016

 

 

 

Posté par pontcolbert à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 29 juin

Cerisier du Japon

Quand un nonagénaire dessine le printemps...

Cerisier du Japon PS_web

Posté par pontcolbert à 17:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 22 juin

Benoîte Groult

Le 20 juin 2016, mort de l'écrivaine Benoîte Groult à Hyères dans le Var où elle habitait depuis de nombreuses années. On pouvait la rencontrer très naturellement dans les rues de la ville.

Née en 1920, militante féministe française, elle est l'auteure d'une oeuvre littéraire importante fondatrice du féminisme. Une des pionnières dans le combat contemporain pour l'égalité des sexes.

Diplomée de lettres latin-grec, elle a vécu une époque où les femmes n'avaient pas le droit de vote! Elle a été d'abord enseignante avant de devenir journaliste. En 1978, elle co-fonde le magazine féministe F Magazine. Elle a écrit une vingtaine de romans, essais et biographies.

Son premier ouvrage est co-écrit avec sa soeur Flora Groult; paru en 1964, "Journal à quatre mains", a été adapté et joué au théâtre en 2009 et reçut un Molière. Pièce à laquelle j'ai assité au Théâtre de Poche-Montparnasse à Paris. C'est une chronique quotidienne de deux jeunes filles de 1939 à 1945 pendant la guerre et l'Occupation.

Quelques titres importants à citer: "La part des choses" (1972), "Ainsi soit-elle" (1975), "Les trois quart temps" (1983), "Les vaisseaux du coeur" (1988), "La touche étoile" (2006), "Mon évasion" (2008)...

Invitée à la librairie de la ville de Hyères, j'ai eu la chance de rencontrer Benoîte Groult en mai 2013 lors de la sortie de son livre "Ainsi soit Olympe de Gouges".  Dans cet ouvrage elle rend hommage à cette figure du 18ème siècle qu'était Olympe de Gouges, première femme en 1791, à formuler une Déclaration des droits de la femme. Je garde le souvenir d'un moment très riche et convivial d'échanges avec cette dame âgée alors de 93 ans qui faisait part à son auditoire de son expérience de femme militante, mère de trois filles, continuant à transmettre son engagement et son combat pour le féminisme qu'elle a soutenu durant sa vie.

J'engage à découvrir son oeuvre, à lire ou à relire ces ouvrages.

FRS - 22 juin 2016

Posté par pontcolbert à 15:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 08 juin

L'anche d'Hyères

Le saviez-vous? L'anche est faite du roseau d'Hyères, renommé mondialement. C'est elle qui vibre et donne le son au souffle du musicien dans le bec de la clarinette. Ce qui, comme le chant d'un oiseau, m'enchante tant dans le concerto K622 de Mozart!

pour l'écouter: https://www.youtube.com/watch?v=_0mIhjhUnjQ

 

Roseaux lino gravure web

Roseaux d'Hyères - Gravure sur lino FRS - 29 mai 16

Posté par pontcolbert à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 20 mai

Un matin de mai

Manosque un matin de mai.

La ville s’éveille. Je traverse le centre-ville presque désert croisant deux ou trois personnes avec un cartable à la main.  Les doux rayons du soleil filtrent rue du mont d’Or ou rue d’Aubette. Des roses anciennes sortent du muret d’un jardin. Place de l’Hôtel d’Herbes, les murs des habitations aux fenêtres gémellées s’éclairent peu à peu sous les ormeaux. Les rues font leur toilette laissant des traces humides sur la chaussée.

Un peu plus loin, la rue s’ouvre sur la place de l’Hôtel de Ville, les terrasses de café sont installées. Quelques passants s’interpellent. Je passe devant l’accueillante porte romane de l’église Notre Dame où une dame courbée nettoie avec ardeur les marches d’entrée de l’édifice.  A droite la rue Guilhempierre mène vers l’ancien hôpital transformé en maison de retraite.

Partout sur mon chemin, le Moyen-âge demeure inscrit dans les pierres. Les noms évocateurs d’anciennes cours ou couvents sont transformés en placettes. Je flâne avant de parvenir au boulevard de ceinture, qui marque l’emplacement de l’ancien rempart.

Manosque accueillit ma famille il y a plus de cinquante ans. Hier, mon père a eu 92 ans.

Manosque place de l'Hotel de ville

FRS - 20 mai 2016

Posté par pontcolbert à 08:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 13 mai

Sur le bord du chemin

 j'ai glané ces fleurs légères et éphémères ...

Coquelicots du 13 mai

Posté par pontcolbert à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]